2021 – Semaine 17

L'annonce du déconfinement

 
Le « confinement hybride », mis en place le 3 avril 2021 sur l'ensemble du territoire métropolitain, était en principe prévu jusqu’au 2 mai. La France comptait alors 5.300 patients en réanimation à cause du COVID, 28.800 patients hospitalisés et 46.677 nouveaux cas ce jour-là.
Lundi 26 avril, au moment où Emmanuel MACRON a esquissé le calendrier des réouvertures et évoqué les différentes étapes du déconfinement, il y avait 6.001 patients en réanimation, 30.596 patients hospitalisés et 32.633 nouveaux cas samedi 24 avril et ceci alors que, concernant la vaccination, presque 14 millions de premières injections et 5,3 millions de secondes injections avaient été effectuées.
Même si le nombre de nouveaux cas a baissé, en principe un déconfinement intervient quand la situation s’est sensiblement améliorée, ce qui n’est pas vraiment le cas.
Bien sûr, en 2020, après un pic intervenu début avril, le nombre de patients hospitalisés par exemple a fortement décru à partir de mai et juin et ce phénomène devrait se répéter cette année mais, depuis l’arrivée de différents variants du virus, nous ne sommes pas totalement assurés que cela se passera ainsi.
Certes nos voisins commencent à rouvrir les commerces, les lieux culturels ou les restaurants par exemple et il est fort possible qu’avec l’aide de la vaccination qui progresse chaque jour chez eux comme chez nous la troisième vague finisse bientôt.
Et il y a aussi l'extrême lassitude des professionnels des bars et restaurants ou des lieux culturels (théâtres, salles de cinéma, etc.), fermés depuis 6 mois, qui souhaitent enfin rouvrir, du moins ceux qui n’auront pas fait faillite.
Ceci pour dire qu’il faut aussi prendre en compte, en plus des chiffres de la pandémie et l’incidence de celle-ci sur l’économie, le moral des Français qui, plus ou moins directement, ont souffert des conséquences du confinement.
Emmanuel MACRON a donc annoncé lundi 26 avril, sans donner de détails, des réouvertures par étapes en fonction de la circulation du virus dans les départements ainsi que le décalage après 19 heures du couvre-feu et s’il prend peut-être un petit risque puisque la situation sanitaire est encore mauvaise, il en prendrait certainement un bien plus grand en confinant trop longtemps ses possibles futurs électeurs pour l’élection de 2022 alors que ceux-ci sont déjà bien éprouvés par ce qu'ils ont vécu.