2021 – Semaine 41

Zémmour ou la Destinée

 


Certains n’ont vu suite à la parution du sondage, dont on parle encore cette semaine, annonçant Éric Zemmour qualifié pour le deuxième tour de la présidentielle qu’une hypothèse où l’on aurait une situation quasi identique à celle de Le Pen-Macron, c’est-à-dire l’extrême droite contre le Président en exercice.
Bien sûr, ils ont raison ainsi que ceux qui affirment que des centaines d’exemples nous prouvent que les instituts de sondages se sont trompés dans le passé mais ce qu’il y a d’intéressant suite à la candidature d’Éric Zemmour, si elle se concrétise, c’est que le score à atteindre pour être qualifié pour le deuxième tour serait rabaissé à seulement 16 ou 17 %.
Dans ces conditions Marine le Pen ou Éric Zemmour pourraient bien sûr se qualifier mais aussi peut-être Xavier Bertrand ou Valérie Pécresse (ou quelqu’un d’autre choisi par les adhérents de LR) ou même encore, chose quasiment impossible sans la candidature d’Éric Zemmour, un candidat de gauche qui pourrait être Yannick Jadot.
En effet, après le sondage d’Harris donnant Éric Zemmour à 17 % devant Le Pen, un autre sondage, publié peu après par Elabe pour BFM TV, annonce Éric Zemmour à 13 % et Marine Le Pen, deuxième, à 16 %. Puisqu’il n’existe pas de grande différence entre 13 % et 16 % l’on peut donc imaginer que non seulement Le Pen ou Zémmour pourraient accéder au deuxième tour mais aussi par exemple Xavier Bertrand, crédité dans ce dernier sondage de 13 % d’intentions de vote. Quant à Yannick Jadot, qui, en légère progression, atteindrait 9 %, il pourrait peut-être bénéficier, du moins théoriquement, des voix d’Anne Hidalgo (actuellement à 5,5 %) si celle-ci décidait de se retirer en appelant à voter pour le candidat écologiste.
On aurait donc dans ce cas de figure 4 potentiels candidats qui pourraient être présents au deuxième tour pour affronter Macron et, s’il est probable que Le Pen ou Zémmour seraient battus lors de la seconde manche, il n’est pas du tout certain qu’il en serait de même pour le candidat LR ou pour Jadot.
Quant à la présence de Macron au deuxième tour celle-ci semble être inéluctable même si la moindre voix qui ne se porterait pas sur son nom pourrait bien sûr renforcer les 4 autres potentiels candidats pour la deuxième place.
Ceci étant dit il ne faut pas oublier que la candidature d’Éric Zemmour n’est pas encore certaine, pas vraiment parce qu’il ne l’a pas encore annoncée puisqu’il semble tout faire en ce sens, mais tout simplement parce qu’il n’est pas assuré qu’il puisse réunir les 500 signatures d'élus pour pouvoir se présenter à la présidentielle.
Mais, si celle-ci se concrétisait, nous aurions alors un premier tour dont la deuxième place serait âprement disputée, premier tour accompagné d’un taux de participation relativement élevé.
Enfin concernant Éric Zemmour, même si, comme cela serait souhaitable, il ne se qualifie pas pour le deuxième tour, il faudra réaliser qu’il aura réussi à créer, sans doute involontairement, une situation particulière où tous les espoirs sont permis au premier tour pour 4 candidats mais aussi démontré, hélas, que les électeurs d’extrême droite représentaient, en octobre 2021, environ 30 % des intentions de vote ce qui est vraiment beaucoup même si certains ne seraient, paraît-il, que des « sympathisants ».
Mais nul doute que nous y verrons plus clair dans 180 jours.