2022 – Semaine 19

Le méga rachat de Twitter

 


Tout d’abord il me semble utile de dire que rien n’est encore fait, certains même doutant que l’opération aille jusqu’au bout, la transaction ne devant pas être finalisée avant l’automne. Ensuite on peut se demander pourquoi Elon Musk a choisi de racheter Twitter plutôt que Facebook ou Google par exemple. Peut-être parce que Twitter ne coûtait, si l’on peut dire, que 44 milliards, contre 70 pour Facebook et environ 2.000 milliards pour Google mais cela n’explique pas pourquoi le milliardaire sud-africain naturalisé américain, homme le plus riche du monde, a pris cette décision. A vrai dire on n’en sait trop rien. Il s’agit peut-être d’une fantaisie de milliardaire puisque même si cet achat lui permettrait, s’il en était besoin, d'optimiser son bilan relationnel et en principe de réaliser quelques bénéfices, bien que Twitter ne soit pas pour l'instant une entreprise qui brille par sa rentabilité car elle ne représente qu’à peine 1 % de la publicité en ligne, sa « folie » comporte tout de même des risques financiers, en particulier pour ses autres sociétés comme Tesla et SpaceX, que cet achat onéreux pourrait fragiliser.
Elon Musk, lui, a affirmé que ses intentions étaient désintéressées et qu’il voulait simplement faire du réseau social une plateforme entièrement dédiée à la liberté d'expression, une liberté d’expression « totale ». Il a également déclaré vouloir abolir la censure sur Twitter mais, en disant cela, il a déclenché de nombreuses réactions. En effet jusqu’à présent un certain nombre de personnes d’extrême droite ou populistes (comme Donald Trump) étaient bannies de Twitter et beaucoup pensent, en particulier des ONG, que la suppression de la censure permettrait de réintégrer ce genre de personnes. D’où des actions ayant pour but de convaincre Elon Musk de ne pas supprimer la « modération » actuellement en vigueur pour que Twitter ne devienne pas une « fosse de désinformation ».
Mais mis à part ce problème, certes important, l’on ne sait pas vraiment ou pas encore quels seraient vraiment les avantages ou les inconvénients du rachat de Twitter par Elon Musk. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que personne, apparemment, ne verrait d’inconvénient à ce qu’un milliardaire dirige Twitter, pas même par exemple les utilisateurs Français dits de gauche, même si, bien sûr, tout ceci est relatif et symbolique car ce n’est pas parce qu’une société est dirigée par un milliardaire qu’elle va être forcément pire qu’une autre.
Ceci étant une question se pose : sera-t-il désormais possible sur Twitter de critiquer, sans être exclu, les sociétés d’Elon Musk, par exemple la constellation de satellites Starlink (42.000 à terme) que SpaceX prévoit de placer en orbite, qui risque d'engendrer de la pollution à cause des débris spatiaux ou la conduite entièrement autonome, potentiellement dangereuse, qui sera peut-être un jour mise en place sur les véhicules Tesla dont tous les nouveaux modèles sont dotés du matériel nécessaire pour ce genre de conduite ? Si tel n’est pas le cas la liberté d’expression ne sera sans doute pas totale mais ce « détail » sera sans doute vite oublié quand, grâce à Elon Musk, une fusée de SpaceX aura permis à un premier homme ou à une première femme de poser les pieds sur Mars.
Au sujet des milliardaires il me semble utile de rappeler que certains considèrent que les fortunes de ceux-ci devraient être limitées, par exemple à 2 ou 3 milliards, montant amplement suffisant pour vivre confortablement et bien inférieur à ce que possède Elon Musk dont la fortune a été estimée à plus de 188 milliards de dollars en 2021.
Pour en revenir à Twitter, comment douter de son utilité quand on voit que des chefs d’états ou des célébrités mondialement connues n’hésitent pas à écrire des tweets pour communiquer avec leurs publics ? Pourtant il faut être conscient que les 504 millions de tweets envoyés par jour par les 217 millions d’utilisateurs quotidiens de Twitter ne sont pas tous très intéressants ou très utiles et que si ce réseau s’avère être parfois bien pratique il n’est peut-être pas vraiment indispensable. On pourrait donc éventuellement se passer de Twitter, vivre sans envoyer ces messages limités à 280 caractères pour donner son opinion sur tout et n'importe quoi, surtout sur n'importe quoi, car même si la tentation est grande de « communiquer », puisque cet outil le permet, avoir la possibilité de dire des bêtises est une chose mais les dire et les faire connaître à tout le monde en est une autre bien différente.

 
61