2022 – Semaine 42

Macron forever

 

Dans la série « rions un peu » une confidence selon laquelle Emmanuel Macron préparerait son retour au pouvoir en 2032 aurait été faite à un journaliste par un personnage clé de la « machine élyséenne ». Cette confidence n’ayant pas été démentie par l’intéressé intéressons-nous à ce cas de figure. Tout d’abord il faut dire qu’en France un président ne peut pas exercer plus de 2 mandats consécutifs mais qu’il a la possibilité, à condition de laisser passer un quinquennat, de se représenter pour un troisième puis, pourquoi pas, un quatrième mandat donc à priori rien n’interdirait à Emmanuel Macron de concourir en 2032. Il n’aurait alors que 54 ans et sa réélection, si elle avait lieu, serait assurément une première dans l’histoire de la République française.
Bien sûr on peut se demander pourquoi il laisserait courir une telle rumeur si elle était totalement fantaisiste et comment il envisagerait son retour. Je crois que Macron a parfaitement compris qu’il incarnait désormais la quasi-totalité des modérés suite à l’effondrement du parti socialiste et au déclin du parti LR qu’il a en partie favorisés avec son parti « ni de droite ni de gauche ». Par contre il semble sous-estimer toutes les difficultés qui peuvent survenir dans les 5 ans à venir et doit donc penser qu’en 2027 quelqu’un de son camp ou, encore mieux, quelqu’un qu'il aura choisi, sera élu assurant ainsi la continuité de la politique macronienne et qu’en 2032 rien ne sera plus facile pour lui que de récupérer le flambeau et retrouver, pour encore 5 ou 10 ans, sa demeure élyséenne.
Pourtant le quinquennat actuel avec une majorité relative ne sera pas forcément de tout repos et, s’il dissout l’Assemblée, une majorité toujours relative suite aux législatives qui suivraient produirait le plus mauvais effet. Donc à moins qu’il réussisse à retrouver la majorité absolue son successeur risquerait lui aussi, l’habitude ayant été prise, de ne bénéficier que d’une majorité relative. Et en cas de victoire de l’extrême droite en 2027 le retour de Macron en 2032 ne serait pas assuré étant donnés tous les bouleversements qui risqueraient de se produire, les Français préférant peut-être alors choisir quelqu’un d’autre que celui qui aurait permis au RN d’accéder à la présidence. Dans ces conditions rien ne garantit que Macron, même s’il s’ennuie un peu à la retraite, puisse un jour revenir.
C’est pourquoi je pense que tôt ou tard il va falloir que les électeurs qui rejettent les partis extrêmes portent leurs voix sur quelqu’un d’autre, l’idéal étant peut-être quelqu’un qui, comme Macron, serait à l’écoute des Français (mais pas par calcul) et qui, tout en ayant une politique pas trop éloignée de la sienne, se soucierait des problèmes qui n’auraient pas été réglés de 2017 à 2027, entre autres, ceux de l’insécurité et de l’immigration. A noter que depuis l’arrivée de Macron tous les partis modérés autres que le sien se sont rapprochés des extrêmes alors qu’ils auraient dû faire exactement le contraire pour pouvoir progresser en prenant le risque d’être accusé de vouloir faire la même politique que celle de Macron mais en expliquant que dans un pays démocratique il était anormal qu’un seul homme représente à lui tout seul tout l’espace politique non extrémiste qui mérite mieux que ça.
La morale de cette histoire est qu’il faudrait en France, comme c’est le cas aux États-Unis, interdire aux présidents de pouvoir faire plus de 2 mandats, qu’ils soient consécutifs ou non, ou, étant données les difficultés pour réaliser cette modification, éviter d’élire des présidents très jeunes. Pour rappel Emmanuel Macron n’avait que 39 ans lorsqu’il a été élu en 2017. Réélu en 2032 Macron n’aurait que 54 ans et 59 ans pour débuter son quatrième quinquennat en 2037, quinquennat qu’il terminerait donc en 2042 à l’âge de 64 ans ce qui lui permettrait de pouvoir dire, qu’à part la période 2027-2032 où il n’aurait pas « travaillé » mais sans être vraiment inactif car préparant son retour, il a bien mérité sa retraite.
Je ne crois pas vraiment à un « Macron forever » car même s’il sait bien utiliser les cabinets de conseil qui lui dictent une grande partie de ses actions comme celles symboliques consistant à faire des petits « cadeaux » pour apaiser les mécontents (p. ex. la redevance TV), sa gouvernance, inhabile et solitaire, est celle d’une personne qui selon moi est plutôt « quelconque ». Et être gouverné pendant 5 puis 10 puis peut-être 15 ou 20 ans par quelqu’un de plutôt quelconque n’est pas vraiment une chose satisfaisante.

 
33