Image 1Cliquez sur l'image

2022 – Semaine 47

Les legs de la honte

 
Cliquez sur l'image

Image 1Brochure Legs WWF
Image 1Charte éthique Legs Eglise catholique

Ce qu’il y a de honteux dans les legs que suggèrent que nous fassions à leur profit les associations ou fondations d’utilité publique dans des publicités audiovisuelles ce n’est pas bien sûr qu’elles demandent de l’argent pour leurs bonnes œuvres mais la manière dont elles le font. Jadis quand elles s’adressaient à nous à la radio ou à la télé elles demandaient des dons, aujourd’hui elles réclament des legs. Un legs, contrairement à un don, nécessite d’inscrire dans son testament que l’on va donner une partie ou la totalité de sa fortune à une fondation ou association. Le nombre de legs, sans doute grâce aux publicités, est en constante progression ces dernières années et ils jouent un rôle important pour le financement des associations et fondations puisqu’ils leur permettent de sécuriser leurs ressources et de travailler sur le long terme. Mais, contrairement à ce que l’on pourrait croire, même si les legs concernent des sommes souvent très importantes, leur montant total est moins important que celui des dons car, selon des chiffres (difficiles à trouver), en 2019 par exemple sur les 5 milliards d’euros « donnés » par les particuliers, les legs, donations et assurances-vie ne représentaient que 1,3 milliard soit environ 25 % de la collecte privée. Dans ce résultat les legs sont comptabilisés avec les donations, qui sont des sortes de gros dons, et les assurances-vie qui peuvent être souscrites en partie ou totalement au bénéfice d’un organisme caritatif.
Ceci étant même si les legs ne sont pas pour l’instant ce qui rapporte le plus l’on ne parle que d’eux dans la communication qui est faite par les bénéficiaires et ce ne serait pas trop gênant si les messages transmis dans les publicités pour les legs n’étaient pas très souvent trompeurs et donc susceptibles d’abuser des personnes psychologiquement fragiles. En effet les personnes visées par ces publicités sont principalement des personnes âgées ou très âgées dont un certain nombre sont influençables et crédules. Pour prendre 2 exemples, WWF (Fonds mondial pour la nature) et l’Église catholique, dans les 2 cas les messages incitant à effectuer un legs en leur faveur sont simplistes : « Sauver la planète » pour WWF (comprendre si je veux sauver la planète je dois effectuer un legs au profit de WWF) et « Je crois donc je lègue » pour l’Église catholique dont la page web pour léguer a justement comme titre «  Je crois, je lègue », sous-entendu puisque je suis croyant je dois léguer. Bien sûr surtout en période de crise, même si les dons ont paraît-il augmenté, l’argent est forcément dur à trouver, aussi bien pour sauver la planète (quoique !), pour permettre à l’Église de financer les réparations de certains abus sexuels ou pour aider les miséreux et certains doivent se dire que « tous les moyens sont bons » pour récolter de l’argent qui permettra de réaliser tant de projets utiles. Mais à mon avis c’est une grossière erreur que d’agir ainsi car l’on obtient grâce à une sorte de manipulation psychologique des legs de certaines personnes âgées influençables en utilisant pour parvenir à ses fins des médias aussi puissants que sont la radio ou la télévision ce qui n’est pas une attitude moralement acceptable.
Il faudrait donc se passer des publicités audiovisuelles en faveur des legs et faire en sorte que l’information concernant leur existence, pour ceux qui seraient intéressés, soit divulguée d’une manière beaucoup plus discrète par exemple par le bouche à oreille ou de petits documents écrits diffusés lors de divers contacts ou sur des sites Internet.
Mais pour l’instant nous n’en sommes pas là, les demandes de legs se succédant dans les médias, mais il est malgré tout intéressant de constater que dans les brochures diffusées aux personnes séduites par les publicités, les fondations et associations rappellent tout de même l’existence de la « réserve héréditaire » c’est-à-dire la part qui revient aux héritiers (par exemple la moitié pour un enfant, les 2/3 pour deux enfants…) mais en précisant bien que le restant, c’est-à-dire la « quotité disponible », pouvant aller de la totalité (« qu’il serait dommage de laisser à l’État »), pour les personnes seules et sans enfant, au quart du patrimoine, peut bien sûr leur être légué. A noter également qu’elles proposent aussi de prendre en charge les frais d’enregistrement du testament. Bref tout ceci est merveilleux mais, je le répète, étant donnée la manière dont ça se passe, tout ceci est honteux.

 
57