2021 – Semaine 27

Les voitures autonomes sont lâchées

 



Un décret, publié le 1er juillet mais dont on parle encore aujourd'hui, émanant du ministère des Transports et qui sera appliqué dès septembre 2021, annonce une modification du code de la route pour adapter celui-ci à la circulation des voitures autonomes. Les voitures autonomes pourront désormais circuler en France, dans des conditions et des zones qu’il conviendra tout de même de préciser, car un cadre légal a été adopté indiquant qu’en cas d'accident le conducteur d’une voiture autonome ne pourra pas être tenu pour responsable lorsque le système autonome est activé, s'il a respecté les conditions d'utilisation du logiciel. Cela signifie que les assureurs pourront se retourner vers les concepteurs du logiciel ou du véhicule pour pouvoir indemniser les victimes des accidents causés par les voitures autonomes.
Rappelons qu’une voiture autonome fonctionne grâce à des capteurs, des radars, un système de géolocalisation (GPS ou autre), des caméras et bien sûr un super ordinateur (intelligence artificielle) pour analyser toutes les données, en particulier les images en temps réel, et pour prendre des décisions, sans parler de la 5G qui devrait apporter des informations sur le trafic ou permettre aux voitures de communiquer entre elles.
Pourtant, même si certains affirment qu’actuellement plus de 95 % des accidents de la route sont dus à des erreurs humaines et qu’une voiture autonome devrait donc être plus sûre, on ne peut qu’être sceptique sur ce que sera la réalité une fois qu’un nombre important de voitures autonomes circuleront, quand on sait que l'informatique n'est pas forcément fiable comme l'a montré récemment la panne informatique qui a privé tous les Français de l’accès aux numéros d’urgence.
Les pannes des voitures autonomes pourront donc être nombreuses et variées, avec, en plus des pannes mécaniques ordinaires, des défaillances des capteurs, des systèmes qui dysfonctionnent, des liaisons 5 G interrompues, des bugs de l’ordinateur, des erreurs de calculs etc. Donc autoriser actuellement la circulation des voitures autonomes ne me semble pas être une décision sage et même si de grandes marques (Google, Toyota, Volkswagen, Apple, Tesla etc.) ont dépensé des milliards pour leur mise au point, l’on devrait plutôt pour l’instant mettre la voiture autonome de côté en se contentant d’améliorer la conduite assistée.
De toute façon dans un pays comme la France où le conducteur d’une voiture autonome ne sera pas responsable des accidents qu’elle causera, nul doute que les plaintes contre les fabricants des voitures ou des logiciels se multiplieront et finiront par ruiner les sociétés en question.
Enfin les voitures autonomes seront très chères et, puisqu'elles seront principalement autorisées dans des zones de faible densité, certains mauvais esprits feront sans doute remarquer que les riches possesseurs de voitures autonomes pourront écraser, involontairement mais en toute impunité, les jeunes enfants des ruraux.

 

39