2021 – Semaine 28

Covid-19 - Pass sanitaire obligatoire

 



Après le déconfinement certains pensaient naïvement que l’on allait tranquillement attendre l’automne pour voir si une quatrième vague, malgré les progrès de la vaccination, allait avoir l’audace de survenir. Mais non, puisque le pourcentage de personnes vaccinées en France est, semble-t-il, insuffisant, de nouvelles mesures contraignantes ont été annoncées pour l’été, au risque de créer une grande lassitude au sein de la population.
Tout d’abord les soignants, qui devront obligatoirement se faire vacciner, ainsi que les administratifs des cliniques et des hôpitaux, les personnels des EHPAD ou des établissements pour handicapés ou les aides à domicile. Ceci étant, pour eux, on peut se dire qu’à partir du moment où ils avaient déjà l’obligation de se faire vacciner contre l’Hépatite B, pourquoi pas contre le COVID, même si, comme disent certains d’entre eux, il s’agit pour ce virus de vaccins récents.
Mais pour tous les autres, c’est-à-dire les non-soignants, là, c’est une forte incitation à se faire vacciner car, dans quelques semaines on ne pourra plus aller au cinéma, au théâtre, au concert, au restaurant, prendre un café, en salle ou en terrasse, prendre un avion, voyager en TGV, assister à un événement sportif etc., si l’on est pas vacciné. Bien sûr on pourra aussi montrer un test PCR récent mais on imagine mal que cette solution sera privilégiée, surtout à partir de septembre quand les tests de dépistage ne seront plus gratuits.
Mis à part les problèmes relatifs au respect des libertés que certains ne manqueront sans doute pas de souligner, c’est l’efficacité de cette mesure d’incitation qu’il convient d’examiner. Actuellement seuls 40 % des Français ont reçu 2 doses de vaccin (53 % au moins une dose). Selon certains épidémiologistes, suite à l’arrivée du variant Delta, 90 % de la population devra être vaccinée afin que l’on puisse atteindre l'immunité collective. Même si le pourcentage de 90 % ne concerne que la première dose, on peut estimer que l’incitation à se faire vacciner ne va pas permettre d’obtenir un taux supérieur à 70 %. Et, quand l’automne va arriver, même si, grâce à la vaccination, la quatrième vague est faible c’est-à-dire qu’elle n’engorgera pas les services de réanimation et ne conduira pas à un nouveau confinement, une question va commencer à se poser : « Faut-il vraiment atteindre l’immunité collective ou devons-nous seulement prendre l’habitude, si nous le souhaitons, de nous faire vacciner tous les ans ? » Ceci étant il n’aura échappé à personne que la France n’est pas le seul pays concerné et puisqu’il faudra, paraît-il, vacciner 60 % de la population mondiale et qu’actuellement seulement un peu plus de 3 milliards de doses de vaccins anti-Covid ont été administrées (il en faudra 9 milliards), on peut imaginer que la question du COVID 19 va continuer à nous occuper pendant un certain temps.
Quant au fait d'avoir rendu la vaccination obligatoire pour tous d'une manière détournée, outre le fait qu'il s'agit d'une décision qui manque de courage (pourquoi ne l'avoir pas dit explicitement ?), cela se révèlera être aussi probablement une mesure contraignante inutile et dangereuse.

 

38