2021 – Semaine 30

La loi et la présidentielle 2022

 



La loi de gestion de la crise sanitaire, qui comprenait la vaccination obligatoire pour les soignants et l’extension du pass sanitaire, ayant été adoptée par l’Assemblée et le Sénat et approuvée par le Conseil d’État et bientôt par le Conseil constitutionnel, tout irait pour le mieux si cela ne posait un petit problème pour l’élection présidentielle de 2022. En effet, bien que l’on nous dise que tous les opposants à cette loi sont des rebelles irresponsables, il semblerait, même si c’est difficile à croire, qu’il existe un certain nombre de personnes qui, bien que parfois même vaccinées, sont contre la vaccination obligatoire et l’extension du pass sanitaire qui serait, selon elles, une tromperie car une manière détournée de rendre la vaccination pour tous obligatoire sans avoir le courage politique de l’annoncer officiellement.
La question qui se pose est donc de savoir pour qui vont bien pouvoir voter ces personnes si elles n’adhèrent pas aux thèses des partis extrêmes (qui sont les seuls à vraiment dénoncer ces mesures) pour ne pas, par exemple, « aggraver l’état du pays ».
Si ces personnes existent vraiment, chose difficile à croire car le Covid a transformé de nombreux Français en petits dictateurs personnels réclamant toujours plus de mesures contraignantes, elles ne pourront pas, bien sûr, voter pour Macron, qui est l’instigateur de l’extension du pass sanitaire.
Elles ne pourront pas non plus voter pour un candidat LR, comme Valérie Pécresse qui était « totalement favorable » au pass sanitaire il y a un mois mais l’on ne sait pas depuis, ou Xavier Bertrand qui estimait qu’au nom de l'intérêt général, il fallait renforcer et développer le pass sanitaire, même si Damien Abad, président du groupe LR à l'Assemblée, a lui estimé, personnellement, que le pass sanitaire était « liberticide et inefficace ».
Elles pourront encore moins voter pour un candidat socialiste puisque certains députés et sénateurs socialistes ont déclaré souhaiter que le pass sanitaire soit remplacé par la vaccination obligatoire, Anne Hidalgo, elle, ayant seulement dit semble-t-il qu’elle accompagnerait les mesures du pass sanitaire étendu tout en souhaitant un discours plus pédagogique.
Elles ne pourront peut-être pas non plus voter pour EELV dont certains possibles candidats pour 2022 sont restés plutôt silencieux, comme Yannick Jadot qui ne s'est pas prononcé sur le pass sanitaire après avoir été favorable, en novembre 2020, et il était un pionnier, à la vaccination obligatoire ou comme Éric Piolle, qui a déploré l’extension du pass sanitaire aux lieux de loisirs sans parler, et on ne sait pas pourquoi, des autres lieux.
Enfin, même si la liste n’est pas exhaustive, il y a de grandes chances qu’elles rejettent aussi le candidat du PC, puisque Marie-George Buffet aurait déclaré : « Se vacciner, c’est agir pour l’intérêt général et pour les libertés individuelles, rendre le vaccin obligatoire serait pour moi une avancée  ».
Dans ces conditions, et bien qu’elles aient sans doute tort de penser que la vaccination obligatoire est inacceptable et aussi inutile, il ne leur restera comme solution que de voter blanc ou de changer de pays.

 

4