2021 – Semaine 35

La logique « à la française »

 


Si la France a été un temps, il y a longtemps, le pays des Lumières, on ne peut pas dire qu’elle brille aujourd’hui, en période de pandémie, par la manière qu’elle a d’utiliser la logique.
En effet, depuis le 30 août 2021, les personnes travaillant dans les lieux d’activités et de loisirs (cinémas, événements sportifs, musées etc.), les lieux de convivialité (cafés, restaurants etc.) ou dans les transports publics interrégionaux doivent présenter un pass sanitaire à leur employeur pour pouvoir continuer à travailler. Ces lieux sont connus puisque c’est justement ceux où le public, pour pouvoir y accéder, doit présenter, depuis quelques semaines, un pass sanitaire.
Pourtant l’on peut se demander pourquoi les employés travaillant dans un lieu où le public est choisi, sont, eux aussi, obligés de présenter un pass sanitaire.
Certes, comme on le sait, on peut être vacciné et tout de même « véhiculer » le virus et dans ce cas-là les clients pourraient contaminer les employés non vaccinés, certes la clientèle n’est pas uniquement composée de personnes vaccinées et compte aussi quelques individus (1 sur 10 ?) ne disposant que de tests négatifs et alors ces clients pourraient être contaminés par les employés (et peuvent d'ailleurs aussi l'être par les clients vaccinés porteurs du virus), mais ce qu’il est intéressant de remarquer c’est que ces employés auxquels l’on demande de présenter un pass sanitaire pour travailler ne sont pas les seuls, loin s’en faut, à accueillir du public car il existe en France environ 3,2 millions de salariés qui travaillent dans le commerce, sans parler des commerçants indépendants.
Ces millions de personnes accueillent tous les jours des centaines de clients et sont donc susceptibles d’être contaminées puis de contaminer les autres. Et il va sans dire que la répétition et la fréquence des contacts que ces commerçants vivent est de nature à favoriser la propagation du virus.
Je ne veux pas dire par là qu’il faudrait imposer aussi à tous les commerçants de se faire vacciner, beaucoup l’ayant certainement déjà fait par eux-mêmes, mais simplement souligner une absurdité qui n’a même pas été remarquée par les législateurs ou par le Conseil d’État et le Conseil Constitutionnel qui ont approuvé, sans trop réfléchir, la loi de gestion de la crise sanitaire instaurant l’extension du pass sanitaire.
On savait donc déjà que le pass sanitaire était avant tout une incitation forte (une obligation déguisée) pour convaincre les Français qu’il fallait qu’ils se fassent vacciner mais il faut bien reconnaître qu’il est aussi très « bête » à cause de la différence de traitements qu’il instaure entre les différentes personnes qui accueillent du public, un(e) employé(e) d'une librairie, par exemple, pouvant continuer à travailler sans pass sanitaire mais pas un(e) employé(e) d'une bibliothèque.
Bien sûr certains diront qu’il eût mieux valu imposer la vaccination obligatoire pour tous mais ils n’ont certainement pas imaginé les réactions violentes et dramatiques que cette obligation n’aurait pas manqué de susciter.
En attendant des jours meilleurs, nous allons donc continuer à vivre, « jusqu’à nouvel ordre » et au moins jusqu'au 15 novembre 2021, avec la bêtise de notre illogisme « à la française ».

 

37