2022 – Semaine 18

Les messages de la publicité

 


Le but de la publicité est bien sûr de nous inciter à acheter les produits présentés et pour cela, quel que soit le support, elle a souvent recours ou du moins cherche à avoir recours à la séduction ou à l’humour. Pourtant force est de constater que les publicités que l’on nous assène sont souvent assez bêtes et qu’il n’y en a peut-être qu’une sur cent que l’on peut qualifier de vraiment réussie et encore cela dépend bien sûr des goûts personnels de chacun.
Mais à la publicité à proprement parler se sont ajoutés depuis quelques années des messages supplémentaires, des injonctions, la pub ne servant plus uniquement à vendre un produit, mais aussi à diffuser des « conseils ». Ainsi depuis 2007 l’on a droit à des conseils concernant notre santé : « Pour votre santé bougez plus », variante de « Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière », ou « Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé » ou bien encore « Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas », « Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour » semblant ne plus être utilisé, peut-être à cause de l'envolée des prix des fruits et des légumes, conseils ajoutés aux publicités mettant en scène des aliments ou « L`abus d`alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération » pour les boissons alcoolisées.
Je crois que si ces injonctions ont été tolérées jusqu’à présent c’est parce qu’elles touchaient à la santé, comme si un bon génie était là pour prendre soin de nous. Et c’était un peu la même démarche pour « Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager » ou « Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 09…. » pour les publicités sur les crédits ou les jeux, pour nous éviter la ruine et la rue.
Pourtant, depuis peu, de nouveaux messages sont apparus pour les publicités concernant les automobiles, même électriques : « Au quotidien, prenez les transports en commun », « Pour les trajets courts, privilégiez la marche ou le vélo », ou « Pensez à covoiturer ».
Bien sûr l’époque est à la transition énergétique et à la lutte contre le réchauffement climatique, et, avec l’inflation touchant l’énergie, des restrictions s’avèrent être nécessaires. Pourtant, même si l’on peut penser que des conseils tels que « Pensez à covoiturer » sont justifiés quand on sait que pour les trajets en voiture 82 % des automobilistes roulent seuls le matin, il me semble que l’on a franchi là un seuil dans la mesure où ces nouvelles injonctions ne nous sont plus directement favorables mais bénéfiques à l’environnement et à la réduction des gaz à effet de serre. Elles ne sont pas infondées (sauf pour un rural qui s’entend dire « Au quotidien, prenez les transports en commun ») mais elles sont intrusives, comme si désormais on allait nous dire tout ce qu’il convient de faire sur tout, particulièrement après tout ce que l’on nous a déjà « conseillé » pendant la pandémie.
Et puis ces conseils sont-ils vraiment utiles et nécessaires quand on sait que les meilleures résolutions sont celles que l’on prend de sa propre initiative et la publicité n’est-elle pas déjà assez insupportable pour que l’on en rajoute une couche ? Et où cela va-t-il s’arrêter ? Bientôt des injonctions dans tous les domaines ? Bref, à y bien réfléchir, c’est tout de même assez inquiétant.
Sans oublier que la publicité, même s’il ne s’agit pas ici d’injonction, est aussi utilisée depuis quelques années pour faire passer un message informel « anti raciste » consistant à veiller à ce que la diversité de la société française soit représentée dans les publicités télévisées, en ligne ou de la presse écrite. Mais puisque le nombre de personnes « non blanches » apparaissant dans ces publicités est très important, avec un pourcentage supérieur à celui de la réalité sociale, déjà élevé, cela a bien sûr comme conséquence fâcheuse et contraire au but souhaité de conforter et de faire progresser des idées d’extrême droite, mais apparemment personne ne s’en soucie comme si montrer la diversité, grâce à la publicité, était la seule chose qui importait et non pas l’accroissement de l’importance du mouvement politique extrême.
Bref je crois que tout bien considéré et pour toute une série de raisons il conviendrait désormais de promouvoir le message suivant : « Pour votre tranquillité, évitez la publicité ».

 
54